Qu’adviendra-t-il de vos emprunts bancaires durant la pandémie? Voici cinq conseils sur ce qu’il faut faire dès maintenant.

 

Suite aux mesures de confinements imposés par le Ministère de la Santé publique, plusieurs consommateurs se demandent ce qui va se passer avec leurs emprunts, leurs marges de crédit, leurs prêts hypothécaires et leurs prêts personnels.

Les institutions financières avaient-elle un plan d’urgence en cas de pareille pandémie?

Nos banque canadiennes sont reconnues mondialement pour être stable financièrement et prévoyantes. Elles ont toujours été proactives par le passé devant des situations de désastre écologique ou de crise financière.

Nous sommes d’avis que les institutions financières canadiennes proposeront sous peu des plans de soutien aux consommateurs et aux entreprises ayant des difficultés à traverser la crise du COVID 19.

Certains prêteurs ont déjà emboîté le pas en offrant un report de paiement d’un mois sur leurs prêts, tel que Crédit Ford du Canada, par exemple. D’autres annonces sont à venir par d’autres institutions au cours des prochains jours. Il est possible aussi que nos gouvernements s’inspirent de certains pays en Europe qui ont décrété une suspension des versements sur les prêts hypothécaires pour une période allant de 3 à 6 mois afin de soutenir leurs citoyens et favoriser une éventuelle reprise économique.

Voici quelques conseils sur ce qu’il faut faire pour donner un peu d’oxygène à vos finances le temps que l’économie reprenne ou que nos gouvernements déposent des décrets suspendant le remboursement de nos dettes à crédit.

 

1- Votre prêt hypothécaire

Si votre prêt hypothécaire est assuré auprès d’un assureur, tel que la « SCHL », « Genworth » ou « Canada Guaranty », sachez qu’il existe un programme d’aide aux propriétaires. Certains programmes offrent un report de paiement jusqu’à 6 mois. Pour en bénéficier, vous devrez en faire la demande auprès de votre institution financière. Vous devrez probablement fournir un budget pour démontrer votre incapacité à rencontrer vos obligations.

Si votre prêt hypothécaire n’est pas assuré et si vous n’avez pas d’assurance invalidité ou d’assurance chômage et que vous êtes dans l’incapacité de payer, voici ce que vous pouvez faire.

  • Vous pouvez vendre votre propriété;
  • Demander un report de paiement de 3 à 6 mois à l’échéance du prêt et payer seulement les intérêts;
  • Prendre une entente spécifique avec votre institution financière pour préserver votre patrimoine familial;
  • Consulter un syndic autorisé en insolvabilité pour déposer une proposition de consommateur pour réduire vos versement sur l’ensemble de vos dettes non garanties et ainsi libérer des fonds pour payer votre hypothèque et garder votre propriété;

 

2- Vos versements sur vos cartes de crédit

Demandez à votre institution financière un congé de paiement de 1 à 3 mois sur vos cartes de crédit, si nécessaire. La majorité des institutions financières ont un pouvoir discrétionnaire en situation de crise ou de pandémie comme nous le vivons actuellement. Soyez prévenant et prenez les devants en les appelant avant que surgisse un retard dans votre dossier. Et surtout, respecter méticuleusement toutes les ententes que vous prendrez avec eux. Vous aurez là aussi à fournir un état ou un bilan de votre situation financière. Assurez-vous que vous n’aurez pas d’impact négatif sur votre dossier de crédit à la consommation.

 

3- Votre prêt auto, prêt personnel ou de consolidation

Certaines compagnies de finances automobiles, ou même certaines institutions financières, offrent la possibilité de reporter un paiement à l’échéance du prêt en cas de problème financier. Faites-en la demande tout en vous assurant que votre report de paiement n’aura pas d’impact négatif sur votre dossier de crédit, puisque la situation ne relève pas de votre responsabilité, mais d’une situation de pandémie mondiale.

 

4- Votre prêt pour votre entreprise

Devant la situation de pandémie actuelle, si vous prenez les devants et faites preuve de transparence, les institutions vous donneront des extensions de paiement ou de capital. Toutefois, certains types d’entreprises plus à risque n’auront peut-être pas autant de chance et devront faire face à la fermeture, voir à la faillite.

 

5- Libérer des fonds que vous avez oubliés?

Ayant cumulé plusieurs année d’expérience dans le domaine de l’insolvabilité, j’ai remarqué que plusieurs personnes qui détiennent une police d’assurance vie universelle, possède une valeur de rachat sur laquelle ils peuvent contracter un emprunt et l’ignorent tout simplement. Un jour une vielle dame qui voulait faire faillite est venue nous voir après avoir consulté plusieurs professionnels. Elle avait pour quatre-vingt mille dollars de dettes de carte de crédit. Elle avait cent mille dollars en valeur de rachat dans sa police d’assurance vie universelle et elle l’ignorait. Elle a payé cette assurance pendant plus de quarante ans! Nous lui avons conseillé d’emprunter sur sa police, payer ses dettes et ainsi éviter la faillite. Vérifier auprès de vos assureurs, vous auriez peut-être un petit coussin qui vous permettrait un moment de répit.

 


 

En conclusion, prenez les devants avec vos créanciers, les actions de bonne foi sont appréciées et souvent les institutions financières feront preuve de plus de flexibilité à votre égard en réponse à votre intégrité. Surtout si vous êtes un client de longue date et que vous avez des actifs avec cette institution. Si quelqu’un vous dit NON à votre première demande, monter plus haut et parler à son superviseur. Si vous essuyer un autre refus, passez au patron du superviseur. Il y assurément une personne qui vous dira oui dans cette institution. C’est elle que vous devez trouver. N’hésitez pas à demander : « Je veux parler à la personne qui a le pouvoir de dire oui à ma demande! » Insistez et soyez persévérant, respectueux et motivé.

 


 

Vous avez des questions ou bien vous aimeriez améliorer votre pointage de crédit? Vous pouvez contacter notre équipe d’expert à partir du formulaire suivant: